Un monde post-apocalyptique, de l’escalade et de la survie, voilà ce qui vous attend dans ce jeu, qui aura mis un certain temps à arriver sur nos machines.

Vous jouez Adam, un homme qui revient dans sa ville d’origine, Haventon, après le « choc » afin de retrouver sa fille et sa femme. La ville est dans un état pitoyable, le soleil est caché par un nuage de poussière constamment présent. Pour survivre il vous faudra rester en dehors de la poussière épaisse, éviter les problèmes avec les survivants et surtout ne pas chuter lors d’une session d’escalade.

L’ambiance est posée dès les premières secondes du jeu, équipé d’un pistolet sans balles et de quelques vivres, vous voilà lancé sur le chemin de votre appartement, en espérant y trouver votre femme et votre fille. Il faudra bien gérer les vivres, qui vous permettrons de récupérer de la vie, ou encore de l’endurance. Cette dernière se vidant lorsqu’Adam escalade un bâtiment, il faudra éviter de se trouver en pleine ascension lorsque celle-ci sera vide, sinon attention à la chute. Graphiquement très réussi pour un jeu XBLA, la direction artistique a visé dans le mille ! L’ambiance post-apocalyptique est parfaitement retranscrite, la poussière est continuellement présente ce qui a pour conséquence une modification du grain de l’image ainsi que l’utilisation d’une palette de couleur très restreinte. Des détails graphiques qui permettent une totale immersion dans la ville d’Haventon.

"Pourvu que j'ai assez d'endurance..."

Très tôt dans l’aventure, le joueur pourra récupérer une machette afin d’effectuer des attaques surprises et de déstabiliser le groupe d’opposants. Des séquences de jeu assez stratégiques, surtout quand vous êtes le seul à savoir que votre pistolet est vide… La réflexion se doit d’être rapide et efficace, sous peine de vous prendre un coup mal placé. Parfois, des survivants vous demanderont de l’aide et vous devrez vous séparer d’une trousse de secours ou encore d’une bouteille d’eau, ce qui vous permettra de récupérer de précieuses sauvegardes. La gestion de l’inventaire est donc primordiale, et il faudra réfléchir à deux fois avant d’utiliser une boite de salade de fruit ou encore de tirer sur quelqu’un. Economisez vos balles le plus possible et servez-vous en seulement si la situation est critique, car à 4 contre un sans balle, vous n’allez pas faire long feu.

" Toi, t'es dans la merde ! "

I Am Alive propose une belle expérience de jeu, le gameplay alterne entre phases de recherche, combats et escalade de manière très efficace et très peu redondante. Quelques points négatifs sont tout de mêmes présents : des survivants qui se ressemblent parfois trop, surtout ceux avec lesquels il y ‘a interaction (notamment lors des combats). Le jeu reste à certains moments un peu scripté, et je me suis retrouvé bloqué devant une porte que j’avais déjà franchie car le jeu n’avait pas prévu que je revienne en arrière. Un peu rageant de perdre une sauvegarde, sachant que ces dernières sont très limitées. Le soft propose deux modes de difficulté : si dans la difficulté normale, il arrivera très rarement que vous soyez totalement démuni, en mode survie, c’est une toute autre histoire. Vous commencerez sans tentative (les sauvegardes), qui permettent de ne pas recommencer l’épisode à zéro et vous trouverez également beaucoup moins de ressources. Un mode réservé aux plus courageux et aux amoureux de la gestion sans faille de l’inventaire.

I Am Alive est une très bonne surprise et propose par son ambiance une expérience de jeu passionnante qui ravira les fans d’escalade et de monde post-apocalyptique. Un petit conseil, jouez dans le noir pour plus d’immersion et montez également le son de la télé afin d’entendre un survivant dans le besoin. A moins que ça ne soit un piège…