Malgré les vives réticences d’Alan Moore, scénariste originel de Watchmen, DC Comics a décidé il y a de ça un an de remettre en scène les personnages de cette oeuvre majeure du genre à travers 8 mini séries et d’exploiter un peu plus cet univers.

20130122-004814.jpg

Difficile de s’attaquer à une oeuvre telle que Watchmen sans risquer de s’attirer les foudres des fans, quand ce n’est pas celles de son créateur.. Aussi, DC Comics n’a pas hésité à faire appel à de grands noms du comics tels que Darwyn Cooke ou encore Brian Azzarello pour nous conter les origines de ces super-héros.
Ce premier numéro paru chez Urban Comics nous offre les 5 premiers épisodes consacrés respectivement aux Minutemen, au Spectre Soyeux, au Comédien, au Hibou et à Ozymandias ainsi qu’un récit du Corsaire Sanglant, bien connu des lecteurs de Watchmen puisqu’il s’agit de la BD que lit un jeune garçon en parallèle des aventures de nos masqués. Chaque série comportera de 4 à 6 épisodes en fonction des personnages et d’autres rejoindront les pages de ce bimestriel, notamment Rorschach.

Au vu du nombre d’artistes différents travaillant sur les différentes séries de Before Watchmen, on aurait pu craindre que le tout parte dans tous les sens mais il faut bien avouer qu’il se dégage une certaine unité entre les séries, même si on remarque la patte de chacun. De plus, chaque série est plutôt fidèle à l’oeuvre originale et dès les premières pages, on replonge immédiatement dans cet univers si particulier créé par Alan Moore, et les différents clins d’oeil disséminés dans les cases en sont le parfait témoin.

20130122-004850.jpg

On retiendra notamment le superbe travail de Darwyn Cooke sur les Minutemen en ouverture de ce numéro, qui, malgré une présentation assez stéréotypée personnage par personnage, replace bien chaque membre de cette première équipe de héros dans le contexte et nous promet de belles choses pour la suite. Il assiste également Amanda Conner sur le Spectre Soyeux, seule série qui se démarque un peu des autres par son style plus moderne et assez loin de l’atmosphère pesante de Moore mais qu’y n’en est pas moins intéressante. Azzarello quant à lui nous offre sa version du Comédien, personnage central de Watchmen, en le replaçant dans les années JFK. Si l’intrigue est un peu longue à se mettre en place, la fin de ce premier épisode nous laisse imaginer un scénario plus complexe digne des autres oeuvres d’Azzarello. Pour le Hibou, Straczynski et Kubert commencent par nous raconter le passage de flambeau entre Hollie Mason, le Hibou premier du nom et son successeur Daniel Dreiberg, ainsi que sa rencontre avec Rorschach et les autres masqués. Enfin, véritable coup de coeur pour la version d’Ozymandias de Len Wein qui fait la lumière sur certaines zones d’ombres autour de celui qui est sans doute le personnage le plus mystérieux de Watchmen.

Ce premier numéro de Before Watchmen repousse donc nos craintes les plus folles de voir DC Comics s’attaquer à l’oeuvre centrale qu’est Watchmen. Ils ont su s’entourer des bonnes personnes pour mener ce projet à bien et rester fidèle à l’oeuvre originelle tout en y apportant une nouvelle vision, peut être également plus accessible au public. Seuls les fans les plus obtus refuseront peut être de lire ces séries mais sinon, courrez acheter ce numéro. On attend la suite avec impatience.