[Test] Bracelet traqueur d’activités Fitbit Flex

WP_20131021_13_54_47_Pro

Les objets connectés en rapport avec la santé sont de plus en plus nombreux et offrent toujours plus de possibilités, il me semble donc intéressant de les tester afin de savoir ce qu’ils valent vraiment. Après avoir fait le test du Jawbone Up, intéressons nous désormais à un autre bracelet traqueur d’activités, le FitBit Flex que j’ai u la possibilité de tester pendant plusieurs jours.

WP_20131021_13_56_40_Pro

Aspects et caractéristiques :

Le Fitbit Flex existe en trois coloris différents (noir, ardoise et rose) et, à la différence du Jawbone Up et son bracelet de taille fixe, il est fourni de base avec deux bracelets de taille différente et réglable, à la manière des bracelets de montre classique, grâce à un système de fermeture simple mais suffisamment résistant pour bien tenir accroché.

Evidemment, fourni avec deux bracelets ne signifie pas que vous aurez deux Flex. En effet, contrairement au Up où tout la technologie est intégrée dans l’ensemble du bracelet, ici le coeur du bracelet renferme un petit module amovible qui correspond au capteur de mouvements et qui vient se loger dans le bracelet.

Côté design, le bracelet se veut très minimaliste avec une surface complètement lisse et uniquement interrompue par une petite fenêtre de plastique laissant apparaître les 5 LEDs du capteur. Réalisé en plastique souple et mat, le bracelet est plutôt agréable à porter, discret et se laisse facilement oublier au poignet, ce qui est un bon point puisqu’il est prévu pour être porté en permanence. Pour cela, il est résistant à l’eau et peut donc être utilisé sous la douche et même jusqu’à une profondeur de 10 mètres sous l’eau (je n’ai pas testé cette capacité).

Le Fitbit Flex est livré, en plus des deux bracelets, avec un adaptateur spécial pour le rechargement via port USB ainsi qu’un petit dongle USB pour synchroniser le Flex avec un ordinateur. Ce dernier pourra d’ailleurs être très utile car, si le bracelet se synchronise avec un smartphone via Bluetooth 4.0, encore faut il que l’appareil soit compatible avec cette norme, ce qui est loin d’être le cas des smartphones ou tablettes les plus anciens.

WP_20131021_13_58_04_Pro

Ce type de synchronisation sans fil présente des avantages et inconvénients, tout à l’inverse du Jawbone Up. L’avantage principal est qu’il n’y a plus besoin d’enlever le bracelet afin de pouvoir le synchroniser mais évidemment cette fonction consomme un peu plus d’énergie et c’est l’autonomie qui en prend un coup. La batterie du Flex tient environ 5 jours face à une dizaine pour le Up par exemple et même une vingtaine pour le Pulse de Withings (dont le test sera bientôt en ligne également).

Fonctions du bracelet :

Au niveau des fonctionnalités du bracelet, on retrouve tous les classiques des traqueurs d’activité avec le nombre de pas, la distance parcourue, l’estimation du nombre de calories dépensées, le suivi de l’alimentation ou encore le suivi du sommeil.

Pour ce qui est de la fonction podomètre, les résultats obtenus lors du test étaient à peu près similaires à ceux obtenus avec le Jawbone Up lorsqu’ils étaient portés simultanément bien qu’il est arrivé plusieurs fois où une différence de 200 ou 300 pas en faveur de l’un ou de l’autre se faisait remarquer. D’après mes tests, le Flex serait néanmoins un peu plus précis et réaliste par rapport au Up. Cependant, comme avec tous les traqueurs de type bracelet, les résultats peuvent être faussés par certains mouvements du bras ou ne pas prendre en compte certaines activités ne sollicitant pas trop les membres supérieurs, ce qui est plutôt gênant pour refléter la réalité.

WP_20131021_13_54_47_Pro

Il est également possible de se fixer des objectifs journaliers de nombre de pas, de distance ou de calories brûlée. Ceux-ci sont paramétrables via l’application ou le tableau de bord sur ordinateur. Il est ensuite possible de savoir où on en est grâce aux LEDS présentes sur le bracelet, chaque LED représentant 20% de l’objectif et s’allumant donc en fonction du pourcentage atteint. La bonne idée est ici de pouvoir choisir quel objectif on souhaite suivre via les LEDs, pour ceux qui préfèrent par exemple un objectif de calories plutôt que de pas.

Pour changer de mode et activer le suivi du sommeil par exemple, il faut tapoter plusieurs fois le bracelet jusqu’à sentir une vibration et là, gros problème, ce n’est vraiment pas le plus pratique. Alors que ces concurrents ont choisi de placer un bouton physique sur leur produit, Fitbit a tout misé sur le minimalisme de son bracelet or il arrive fréquemment qu’il ne prenne pas en compte les tapotements et on se retrouve à taper une bonne dizaine de fois sur le bracelet avant que cela soit pris en compte. C’est tellement aléatoire que même la marque ne précise pas dans son guide d’utilisation le nombre officiel de tapotements nécessaires… Il aurait été tellement plus simple de demander une pression sur un bouton. Et ce d’autant plus qu’à l’inverse, il peut arriver que certains mouvements soient interprétés comme une demande de changement de mode. On se retrouve alors avec un suivi du sommeil en pleine journée ou un suivi coupé en pleine nuit. Dommage…

Le bracelet fait également office de réveil silencieux grâce à ses vibrations qu’il est possible de régler via l’application. Plusieurs alarmes sont paramétrables. On retrouve la aussi le problème cité précédemment puisque pour couper l’alarme, il faut tapoter le bracelet plusieurs fois.

L’application Fitbit :

L’application Fitbit, disponible gratuitement sur iOS et Android, est sans doute le plus gros point noir de ce test et il serait vraiment nécessaire que la marque la repense totalement, ce qui n’est sans doute pas le plus compliqué à mettre à jour.

En effet, si elle permet de suivre toutes les données enregistrées, celles-ci ne sont pas vraiment exploitables en raison d’un affichage mal choisi avec notamment, pour le suivi du sommeil, différentes phases représentées de façon si petite qu’il est presque impossible d’en tirer quoi que ce soit. Même en mode paysage (qu’il faut d’ailleurs activer via un bouton et non par basculement automatique…), les graphiques sont toujours aussi illisibles.. Quand on voit ce que propose la concurrence, on se dit qu’il serait temps d’améliorer tout ça.

fitbit-flex-app

Toujours au niveau du suivi du sommeil, les différentes données sont ici le temps de sommeil, les phases agitées et les phases éveillées. On aurait préféré une indication des phases de sommeil léger et profond. D’ailleurs, le Flex ne propose pas de fonction réveil intelligent pour se réveiller au moment adéquat et non pas en plein sommeil profond.

Comme chez les concurrents, le suivi de l’alimentation n’est pas très efficace non plus du fait de devoir ajouter chaque aliments manuellement pour chaque repas. On s’en lasse vite et cette fonction reste finalement inutilisée.

Le seul point intéressant réside dans la synchronisation automatique par Bluetooth, si tant est que votre appareil soit compatible avec la version 4.0 de ce mode, qui dispense de penser à synchroniser les résultats. Ces derniers sont enregistrés sur une semaine complète sur le bracelet et une synchronisation par jour n’est donc pas forcément nécessaire si vous n’avez pas envie de les étudier tout de suite.

Fitbit a aussi tenter d’ajouter une fonction sociale au bracelet en donnant les possibilités de partager ses résultats avec ses amis, de les défier par classement du plus grand nombre de pas hebdomadaires ou encore via des badges à débloquer en atteignant des objectifs particuliers. Cette idée est plutôt bonne pour se motiver même si il faut bien le dire, les possesseurs de ce bracelet sont encore trop rares pour avoir beaucoup d’amis à ajouter.

Un remaniement de l’interface serait donc le bienvenue pour cette application et on préférera à défaut utiliser le tableau de bord disponible sur ordinateur, bien mieux présenté et plus efficace mais qui nécessite du coup de pouvoir accéder à un ordinateur, ce qui est quand même moins pratique qu’un smartphone qu’on a toujours sur soi.

WP_20131021_13_51_46_Pro

Conclusion :

Le Fitbit Flex est donc un bracelet traqueur d’activité complet et agréable à porter mais qui mériterait malgré tout d’être revu sur certains points et en particulier son application dédiée et la façon de changer de mode sur le bracelet. Comme les autres bracelets de ce type, les résultats sont globalement cohérents même si leur entité de bracelet a tendance à augmenter artificiellement les décomptes.

Un nouveau venu dans la gamme, le Fitbit Force, résoudra peut-être les erreurs de jeunesse du Flex. On en reparlera bien sûr si j’ai l’occasion de le tester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *